nonce en Haiti
Nouveau Nonce en Haïti

Le Nouveau Nonce est dans le pays depuis le mardi 10 mars 2015. Prochainement il y aura une cérémonie de présentation...
année sainte
Du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016, l’Église catholique célébrera une Année Sainte extraordinaire consacrée à la Miséricorde. Ce « Jubilé de la Miséricorde...
directoire homilétique

Cité du Vatican, 10 février 2015. Le Cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrement, a présenté...
persecusion religieuse
Depuis novembre 2014 jusqu'à aujourd'hui 34 attaques et cambriolages ont été faits sur et dans communautés religieuses ou Instituts de vie consacrée. Les religieuses sont...
Saviez-vous?
Trois raisons principales ont porté le cardinal Bergoglio à choisir le nom de François: pour que l'Église soit et demeure pauvre et disciple de Jésus...
Info-Pratique
Prières
Sanctuaires
Célébrations Spéciales
Vie sacerdotale
Bon à savoir
Documents pontificaux
Bulletin
Fenêtre sur Rome
Prières Universelles
CHR
Akesna
L’URF
Radio Soleil
Le monde vu de Rome
VIS
Media

Après le tremblement de terre Radio Soleil a recommencé à émettre deux semaines après. Elle a perdu presque tous ses équipements soit dans le séisme soit par suite de vol. La Télé a recommencé son fonctionnement habituel à Pétion-ville. Nous saluons le courage de son Directeur Général, le P. Jean Désinor.
Une nécessité incontournable
Un medium devient indispensable lorsqu’il prend sa place comme réflexe et référence immédiate pour ses utilisateurs et surtout lorsqu’il fournit les réponses cherchées ou souhaitées. Un medium doit susciter de l’intérêt en rencontrant des centres d’intérêts et en créant de nouveaux chez ses utilisateurs. Il fait peser son importance en faisant croître le profit qu’on peut retirer à l’utiliser.
Notre Archidiocèse a une belle pléiade de media de masse : la Phalange, la Pentecôte, la Radio Soleil-Télé Soleil, et maintenant le website. Bien sûr on sait le rôle historique de la Phalange, la Pentecôte doit renaître de ces cendres. Le paysage médiatique est à jamais marqué par Radio Soleil. La Télé ne tardera pas à imprimer ses griffes sur le même décor.
Le medium doit susciter une autre culture, d’autres habitudes, d’autres réactions (ou actions) et même une autre vision. Exemple le téléphone cellulaire qui est en train de remplacer l’ordinateur portatif. Aujourd’hui les media ne nous fournissent pas seulement l'informations, ils la qualifient et font de la question d’accès rapide aux données un élément de plus en plus incontournable. Ainsi ce n’est plus l’information qui est l’enjeu mais comment on y a accès et la rapidité avec laquelle on y accède.
Notre site a donc l’ambition de devenir la première référence, la porte d’entrée de notre archidiocèse parce qu’il a des pouvoirs que nos autres media n’ont pas et ne peuvent avoir : omniprésence, plasticité et virtualité, disponibilité universelle.
Avec l'inauguration de la Télé Soleil le 3 mai 2009, l'Archidiocèse de Port-au-Prince est pourvu d'un beau complexe de media et se trouve être plus outillé pour le travail de l'évangélisation. Depuis décembre 2010 l'Archidiocèse est pourvu d'un bulletin électronique qui sort chaque mois. Chers internautes, ayez la bonté de nous faire savoir ce que vous attendez de nos media et nous ferons tout notre possible pour combler votre attente.
Un « hacker » et un agent d'Interpol au Vatican
Tous deux concordent sur un point : l'Eglise est un objectif d'attaque cybernétique
ROME, Lundi 16 novembre 2009 (ZENIT.org) - Malgré tout ce qui les séparait, le jeune hacker suisse invité vendredi au Vatican par la Commission épiscopale européenne pour les médias (CEEM), et le représentant d'Interpol chargé de la lutte contre la cybercriminalité concordaient sur un point : les pages web et même les ordinateurs de représentants catholiques sont un régal pour les pirates informatiques.
Dimitrios P. Angelopoulos, responsable du bureau chargé de la cybercriminalité en Europe, en Afrique et au Moyen Orient au secrétariat général d'Interpol et « petit frère Bruno » (dont l'identité n'a pas été révélée pour des raisons évidentes) ont été invités à s'exprimer dans le cadre de l'assemblée plénière de la CEEM, qui s'est déroulée dans l'ancienne salle du Synode, au Vatican, du 12 au 15 novembre. Elle avait pour thème : « la culture d'Internet et la communication de l'Eglise ».
Revêtu d'une chemise noire portant l'inscription « Quelle connerie la guerre », le jeune hacker a accepté l'invitation des évêques, pour aider l'Eglise à pénétrer dans la mentalité des jeunes qui utilisent l'informatique comme un moyen pour revendiquer une liberté d'information qui se transforme parfois en libertinage.
Mise en garde d'un « cyber-policier »
L'agent d'Interpol l'a écouté parler, sans un sourire. Son tour venu, il a confirmé les nombreux dangers que courent aujourd'hui les internautes, en particulier s'ils sont prêtres, évêques ou s'ils dirigent un site catholique.
A l'issue de la rencontre, Dimitrios P. Angelopoulos a expliqué à Zenit que « le Vatican n'est pas l'unique objectif » des pirates informatiques. « L'objectif peut être n'importe quel site catholique, ou même l'ordinateur d'un monastère ou d'un prêtre connecté à Internet ».
Il a expliqué qu'il n'aurait personnellement aucune difficulté à entrer dans l'ordinateur d'un curé de paroisse, perdu au fin fond de la Pologne, et découvrir de l'information confidentielle ou pouvant être manipulée par ceux qui cherchent à attaquer l'Eglise.
« Et d'ailleurs, a-t-il ajouté, il suffirait d'aller sur Facebook et d'analyser les informations que certains prêtres indiquent dans leur profil. Il faut être très prudent ! ».
Pour D. Angelopoulos, les pirates informatiques agissent pour deux raisons : l'intérêt politique ou l'intérêt économique.
Les attaques contre des objectifs catholiques appartiennent au domaine politique, a-t-il expliqué, en citant « par exemple les fondamentalistes islamiques, qui ont de très bonnes équipes d'attaque cybernétique ».
L'agent d'Interpol a expliqué qu'il a proposé de donner un cours au Vatican sur tous les systèmes de connexion. « Cela pourrait aider beaucoup », a-t-il souligné.
Les motifs des hackers
Egalement interrogé par ZENIT à l'issue de la rencontre « Petit frère Bruno » a promis « de n'organiser aucune attaque contre la page web du Saint-Siège » !
Passionné par l'informatique depuis l'âge de six ans, a reconnu que l'agent d'Interpol n'avait pas tort de mettre les évêques et les prêtres en garde contre les dangers qu'ils courent.
« Pour de nombreux hackers, défigurer tout simplement le site du Vatican en y mettant la photo de Osama Bin Laden, pourrait constituer une grande victoire », a-t-il expliqué.
Il a souligné qu'il existe trois types de hackers.
Le hacker « au chapeau blanc », qui agit uniquement mu par ses idéaux, en particulier la liberté d'information, mais qui ne cherche pas à faire de mal, même si cela ne signifie pas que son action soit légale, étant donné qu'il viole parfois la loi.
Le hacker « au chapeau gris » qui dit agir lui aussi pour des raisons humanistes mais qui ne recule pas forcément devant la tentation de voler de l'argent ou de l'information.
Le hacker « au chapeau noir », aussi appelé « cracker », dont l'objectif est généralement criminel.
« Petit frère Bruno » a créé une entreprise d'informatique et travaille avec des entreprises qui souhaitent vérifier leurs systèmes de sécurité.
« Ça ne m'intéresse plus d'entrer dans le site d'un gouvernement, d'une armée, d'un parti politique », reconnaît-il. Il estime qu'il pourra gagner suffisamment d'argent grâce au commerce électronique.
En définitive, les conseils du hacker et de la police sont les mêmes : « du bon sens » et « une très grande prudence » quand on est en ligne